Gilets jaunes et dérèglement climatique

Cela fait bien cinq minutes que le taxi est arrivé, un peu en avance. La maisonnée s’agite pour rassembler les dernières affaires et descendre les valises. Bonjour Monsieur, il y a une raison pour laquelle vous laissez tourner votre moteur ? – Euh … – Vous gagneriez de l’argent en l’arrêtant. Vous savez ? – Ah bon ? Vous croyez ? – Pourquoi ? Vous ne payez pas le carburant ? – Euh… ben si. – Et dites-moi, vous allez bloquer les routes le 17 novembre ? – Ah… ben oui, c’est sûr ! – Vous feriez mieux de couper votre moteur quand vous êtes à l’arrêt, c’est plus rentable…  et, surtout, c’est bon pour le climat ! Le taxi était déjà parti.

Incendie voitures 3
La cause et l’effet

C’est sûr, l’essence ou le gazole ne sont pas assez chers. Sinon, comment expliquer que du plus riche au plus pauvre chacun laisse tourner son moteur devant la boulangerie le temps d’aller chercher sa baguette de pain, devant l’école en attendant ses gamins, devant la porte en attendant ses clients, ou  encore pour avoir chaud en hiver ou pour avoir frais en été.

Lorsqu’il y a un mois, le GIEC a rendu public son rapport spécial, la presse en a fait état. Mais personne au gouvernement pas plus qu’à l’Elysée n’en a parlé. Ni le président de la République, ni le premier ministre n’en a profité pour faire preuve de pédagogie. Pourtant le GIEC nous dit dans ce document que si l’on veut limiter le réchauffement à +1,5°C à la fin de ce siècle par rapport au début de l’ère industrielle (ce qui serait un moindre mal) il faut réduire de 45% nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. En simplifiant, cela veut dire qu’il faut réduire de près de la moitié notre consommation d’énergies fossiles. Et comme il y a de l’énergie partout, cela veut dire moitié moins de kilomètres en voiture ou en avion, moitié moins de chauffage, moitié moins de fringues, de mails, d’appareils et d’objets divers, etc.

En rebondissant sur le rapport du GIEC, nos gouvernants auraient pu expliquer que le réchauffement climatique est un enjeu vital, que stabiliser la température de l’atmosphère terrestre à 1,5° en 2100 est nécessaire pour garantir à nos enfants et petits-enfants un climat encore vivable, et que cela exige de très gros efforts. Réduire notre consommation de carburant fait partie de ces efforts. En augmenter le prix est une façon de nous amener à faire ces efforts.

Mais comment peut-on baisser cette consommation ? En coupant son moteur quand la voiture est à l’arrêt / en respectant les 80 km/h / en pratiquant l’éco-conduite (respect des limitations de vitesse, accélération douce, ralentissement anticipé, freinage progressif) / en se passant de sa voiture quand c’est possible (à pied, à vélo, en transport en commun, en covoiturage) / en renonçant à l’avion pour faire du tourisme / en changeant de voiture pour une plus petite, moins gourmande, ou électrique, ou hybride / en n’utilisant pas la clim de la voiture (sauf exception) / etc.

Bien sûr, en augmentant les taxes sur les carburants, le gouvernement pose des problèmes aux foyers ayant de faibles revenus. Pour ceux-là, il faut une compensation sur le pouvoir d’achat. Mais, pour nous tous, si on ne fait pas les efforts nécessaires, quel sera notre pouvoir d’achat lorsqu’on aura des pénuries alimentaires, des catastrophes naturelles, des problèmes sanitaires et des conflits dus au dérèglement climatique ?

Mes amis de l’association TACA soutiennent depuis longtemps la taxe carbone. Un signal prix carbone, comme ils disent pudiquement, avec redistribution. Ils ont raison. Je vous recommande de lire ici la lettre ouverte de Mathieu Thomas à Priscillia Ludoski laquelle est à l’origine de l’appel à manifester le 17 novembre contre la hausse des carburants.

Au lieu de pleurnicher sur le prix de l’essence, les Gilets Jaunes feraient mieux de s’occuper de l’état dans lequel on va, tous autant qu’on est, laisser le climat en héritage à nos enfants, à leurs enfants.

Vive la taxe carbone !

 

Un commentaire sur “Gilets jaunes et dérèglement climatique

  1. Bonjour, oui, c’est sûr il suffirait de ne pas avoir de gilet jaune et hop tout irait mieux. Pourquoi ne pas avoir pris la place de M. Hulot avec de si grandes idées ? Vous voulez économiser l’eau, coupez la pendant que vous vous brossez les dents ! Concernant le pétrole, on aurait pu préciser que l’accord de la COP 21 tant méprisé par les states et maintenant le Brésil visait à rester en dessous de… 3,5° C (quelle ambition) et que d’ailleurs la France n’a rien fait depuis… les émissions continuent à augmenter d’ailleurs mais fallait couper votre moteur ! C’est pas la faute des avions qui ne sont pas taxés ni celui des poids lourds (sans quotas) et qu’on aurait pu forcer à prendre le train, comme ça on aurait renflouer les caisses de la SNCF mais non… conclusion ? C’est bien la faute des gilets jaunes et des gens qui prennent leur voiture si l’humanité va si mal…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s