Emmanuel Macron ne m’a pas suivi…

Augmentation de la Prime d’activité, défiscalisation des heures supplémentaires, abandon de l’augmentation de la CSG pour les revenus inférieurs à 2000 €/mois ainsi  que mise au placard, pour un bon moment sans doute, de la taxe carbone, voici ce qu’à annoncé le Président. Coût de ces mesures, environ 10 milliards d’euros. Un bon coup de massue sur le déficit, un bel avenir pour la dette… et pour le dérèglement climatique.

Je lui avais pourtant fait passer quelques idées au Président.

Rétablir l’ISF, baisser la TVA …

L’abandon des hausses de la taxe carbone sur les carburants prévues pour 2019 annoncée au lendemain de « l’acte III » m’avait énervé … C’était un mauvais coup porté au climat.

Franchement, cette décision du gouvernement, ne faisait pas le poids. Tout le monde savait bien que ça ne suffirait pas à ramener le calme. Même si l’augmentation de cette taxe a été le déclencheur du mouvement des Gilets jaunes, il est clair que le péché originel c’était la suppression de l’ISF et son remplacement par l’IFI en même temps que l’augmentation de la CSG et de la réduction des APL.

tva-01

Les nouvelles annonces faites par Emmanuel Macron lundi le 10 décembre ne semblent pas suffisantes pour mettre fin dès maintenant à la fronde des Gilets jaunes.

Si j’étais le Président,

Après le quatrième samedi de mobilisation des gilets jaunes, prenant acte de la colère exprimée, j’aurai annoncé la mise en place à compter du 1er janvier 2019 :

  • d’une baisse de la TVA de 5,5% à 0% sur les produits alimentaires de base, hors boissons alcoolisées,
  • d’une baisse de la TVA de 10% à 0% sur les transports en commun,
  • d’une baisse de la TVA de 20% à 10% pour les voitures particulières neuves émettant moins de 110 g de CO2/km,

Ces baisses étant financées par :

  • le rétablissement de l’impôt sur la fortune (ISF),
  • une hausse de la TVA de 20% à 30% sur les voitures particulières neuves émettant plus de 130 g de CO2/km,
  • une hausse de la TVA de 20% à 40% sur les voitures particulières émettant plus de 150 g de CO2/km,
  • d’une hausse de la TVA de 20% à 30% sur les produits électroniques
  • d’une hausse de la TVA de 20% à 30% sur les produits et services de luxe dont les hôtels de 4 étoiles et plus,
  • la mise en place d’une TVA à 20% sur les billets d’avion

J’aurai aussi annoncé, dans l’intérêt général qui est aussi celui des enfants et petits-enfants des Gilets jaunes, le maintien des hausses programmées des taxes sur les carburants afin d’engager enfin une baisse de la consommation des énergies fossiles.

Et, comme l’a fait Emmanuel Macron, j’aurai annoncé un grand débat national, mais je l’aurai dédié à la stratégie bas-carbone que la nation doit adopter pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris sur le climat.

Bon, d’accord ! Cela fait un peu café du commerce. D’autant plus que je ne suis ni fiscaliste ni économiste et cela doit se voir. Mais comme il s’agit de politique, ce n’est pas trop grave. Et puis, en y réfléchissant, ce n’est peut-être pas si bête.

 

 

 

 

3 commentaires sur “Emmanuel Macron ne m’a pas suivi…

  1. je suis plutôt d’accord avec vous mais je ne vois pas comment la hausse des taxes sur les carburants pourrait avoir un fort impact car : soit les gens ont de l’argent et ca ne les dérange pas soit ils ont de faibles revenus mais comme ils n’ont que leur voiture pour se déplacer ils ne vont pas diminuer leur consommation . Il faudrait au préalable , remettre en place les petites lignes de chemin de fer , et autres moyens de transport en commun qui ont été abandonnés .

    J'aime

    1. Si les carburants étaient chers aux yeux des gens, ceux-ci feraient attention à leur consommation. On voit bien que ce n’est pas le cas quand, du plus riche au plus pauvre, chacun laisse tourner son moteur devant la boulangerie le temps d’aller chercher sa baguette de pain, devant l’école en attendant ses gamins, devant la porte en attendant ses clients, ou encore pour avoir chaud en hiver ou pour avoir frais en été.
      Il y a des moyens simples à la portée de tous pour consommer moins de carburant. J’en parle dans mon billet sur les Gilets jaunes.
      De la même façon, il est évident pour moi qu’une augmentation de la taxation des carburants, pour les rendre plus chers et inciter les consommateurs à l’économie, doit être compensée soit par une baisse sur la fiscalité sur d’autres produits ou services (voir mon billet sur mes conseils à E. Macron) soit par une redistribution .

      J'aime

  2. Bonjour Jacques,

    Le côté « café du commerce » ne me gène pas, étant moi-même un bricolo de la politique et de l’économie.
    Il est certain que le grand débat national, comme tous les débats et décisions politico-économiques, doit faire une large place à la construction d’une stratégie bas-carbone. On ne peut pas écraser nos descendants sous les dettes économiques et environnementales. Il est urgent d’entamer une transition rapide vers une société soutenable et résiliente, et une fiscalité équitable et plus progressive. Mes propositions en ce sens sont peut-être un peu trop novatrices, mais la situation l’impose : http://petitprogramme2012.blogspot.com/

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s