Climat : l’Affaire du siècle ???

La pétition a recueilli plus d’un million de signatures en 48h. C’est la deuxième pétition la plus signée en France. Elle pourrait bien prendre la tête de la compétition d’ici quelques heures. Bravo ! La lutte contre le dérèglement climatique est enfin bien partie. Génial !

Cette pétition apporte son soutien au recours en justice intenté contre l’Etat français pour inaction contre le changement climatique par Notre affaire à tous, Greenpeace, la Fondation pour la Nature et l’Homme et Oxfam. Dans ce recours, ces ONG «sollicitent l’indemnisation de leurs préjudices moraux et de ceux de leurs membres ainsi que la réparation du préjudice écologique découlant des carences de l’Etat. Elles demandent également à l’Etat de mettre sans délai un terme à l’ensemble de ces carences et, à cette fin, de prendre toute mesure utile permettant de contribuer à stabiliser, sur l’ensemble du territoire national, les concentrations de gaz à effet de serre à un niveau qui permette de contenir l’élévation de la température moyenne de la planète à 1,5°C et, a minima, respecter les objectifs à court terme de la France au titre de ses engagements internationaux, de la règlementation européenne et de la loi française en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre, de développement des énergies renouvelables et d’amélioration de l’efficacité énergétique. »

Palais de justice

Les signataires du recours et de la pétition accusent donc l’Etat d’être responsable du changement climatique et coupable de non-assistance à personne en danger. Eux, ils n’y sont pour rien. Ce sont des victimes qui réclament indemnisation et réparation.

Une fois condamné, dans 5 ou 10 ans, l’Etat commencera à faire le nécessaire. Un peu plus tard, le problème sera réglé, les dégâts seront réparés et les plaignants (les signataires) recevront un peu d’argent pour compenser leur préjudice moral.

La belle affaire !

Signons vite ! Signons tous ! Le climat va être préservé, cela ne nous aura rien coûté ni en efforts, ni en renoncements, ni en pouvoir d’achat.

Bien sûr, le grand nombre de signataires (1 800 000 au 28 décembre) est une bonne nouvelle. Il montre que les citoyens sont de plus en plus nombreux à s’inquiéter de l’évolution du climat. C’est bien de le constater. C’est bien de le savoir et cela peut aider les responsables politiques a avoir du courage.

Pourtant, ouvrons les yeux. Ce n’est peut-être pas intentionnel, mais cette pétition est démagogique. Et c’est sans doute pour cela qu’elle a un tel succès. Mais la méthode ne donnera pas les résultats escomptés. Elle peut faire croire, un temps, que la population est prête pour une réduction radicale et rapide de l’utilisation des énergies fossiles. Mais, on sait tous que ce n’est pas encore le cas. Cela va juste nous faire perdre quelques années de plus.

L’Etat est coupable ? Peut-être. Mais nous ?

En 2011, l’Ecotaxe sur les poids-lourds avait été votée à l’unanimité par le parlement. Elle fut enterrée en 2015 sous les coups de boutoir des bonnets rouges. Et aujourd’hui, l’augmentation de la taxe carbone programmée par le candidat Macron est renvoyée aux oubliettes par le mouvement des gilets jaunes et sans doute pour un moment. L’Etat avait pris le risque d’être impopulaire. Il l’a été. Mais qui dans cette affaire mériterait d’être jugé ?

Cette idée que l’Etat paiera, me fait penser à ceux qui bloquent les ronds points en réclamant une baisse des recettes de l’Etat (impôts et taxes) et, en même temps, une augmentation de la dépense publique (hausse des prestations sociales et des moyens). Ils l’ont obtenu. Dans la foulée, les agents des forces de l’ordre ont fait valoir avec succès leurs revendications. D’autres, pompiers, infirmiers, ambulanciers et, aujourd’hui, fonctionnaires s’engouffrent dans la brèche. Il y en aura d’autres. Et pour le climat ? Pas de problème, l’Etat paiera : subventions par ici, crédit d’impôt par là, transports publics gratuits, lignes TER rétablies, bâtiments publics rénovés thermiquement et les quelques contraintes inévitables compensées financièrement. Tout va bien. Le déficit grossit. La dette explose. Mais, à la prochaine crise, lorsque les taux d’intérêt augmenteront brutalement, on pourrait bien avoir droit à une belle banqueroute. A ce moment-là, la France ressemblerait alors à la Grèce d’il y a 5 ans : baisse énorme des salaires et des prestations sociales, faillite des entreprises, braderie du patrimoine national. Et la lutte contre le dérèglement climatique à ce moment là ? Oubliée…

Pour qu’une politique de réduction des émissions de gaz à effet de serre ambitieuse et efficace, car souvent contraignante mais socialement juste, soit mise en œuvre, il faut que le peuple la veuille. En tous les cas, il faut que les électeurs la demandent démocratiquement et qu’ensuite ils soutiennent les mesures mises en place.

L’Etat, le gouvernement du moment et les élus à tous les niveaux et de tous bords doivent être interpellés, incités, encouragés et soutenus. Pas, attaqués en justice.

Je ne sais pas si demain nos enfants nous traineront devant les tribunaux. Mais je suis sûr qu’ils nous jugeront.

____

Liens vers les documents…

A propos de l’Affaire du siècle

La demande préalable

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s